gruyeresuisse

29/11/2013

Michel Sedan et les inavouables maîtresses

Sedan.jpgSedan 2.jpg 

Michel Sedan, « Naïades, néreïdes : insolentes, troublantes splendeurs de l’ombre », Editions JB (Jörg Brockmann), Carouge.

 

 

Après une exposition du travail de Michel Sedan à l’Espace des Eaux-Vives à Genève, Jörg Brockmann a eu l’idée de créer un coffret qui permet à la fois au collectionneur d’acquérir un tirage original et le contexte général dans lequel elle s’inscrit. L’ouvrage est d’une qualité rare. Il permet de donner à Michel Sedan - photographe de mode – le titre  de photographe artiste du même calibre qu’un Avedon par exemple.

 

 

Les tentations érotiques  prennent avec ce livre des inflexions nimbée le plus souvent - mais pas toujours -  du bleu cendré de l’eau. Il devient l’intuition du surréel. Des liaisons sont à peines ébauchées mais les photographies obligent à sombrer dans des limbes amoureux. Le corps de la femme - en noir et blanc ou en couleur - surgit dans la fuligineuse apparence afin que tout demeure en immanence sous la surface de l’onde. Le corps devient une rose seulement éclose au sein de l’onde. Mais dans certains tirages il devient un paquet de vent pourpre. Son frisson d’écume couleur de sang est plus  celui des songes que des cauchemars.

 

 

En suspens dans le silence de l’eau une nostalgie étrange suit son cours. Les revenants voyeurs boivent l’eau du bain. Mais en vain : les naïades s’y enfantent d’elles-mêmes dans leurs caprices et par leurs seules illusions. L’obscur inconsolable semble métamorphoser dans des lueurs douces.  Et l’idée même d’un tel bain ramène à des penchants nocturnes et féminins. Elle remonte aussi à des rêves d’images premières - celles que ne renierait pas le Pascal Quignard de « La nuit sexuelle ».

 

L’immersion devient amniotique, elle met le corps en exil. Mais par effet d’eau il sort des trépas de  l’ombre. Sa pulpe est sinon dissoute du moins poétiquement altérée. Passant du déclin continental à l’appel des marées la femme devient sirène. Son plongeon nuptial dans les abysses est l’élégie de l’éros, l’amnésie douce des larmes sentimentales. Toute marque d’obscurité dissoute, reste la pavane du corps immergé danse ses lignes erratiques.

 

 De telles femmes accordent leur vigilance à l’oubli du monde et de sa trivialité. Tout reste dans les proximités improbables des sirènes discrètement indifférentes et presque ineffables. Leur seul violeur est le flot bleu qui retourne au vierge et vivace en retenant son haleine. Reste ce gulf-stream que Michel Sedan invente comme berceau pour ses fées d’eau. Leur retrait est une tendresse. Celle-ci est fidèle au premier amour des mères dont ces eaux amniotiques sont l’image. Celle-ci - par la grâce de la prise photographique et le froid des ondes - durcit les seins des nymphes. Exploratrices des fonds marins et des vieux trépas elles restent les phosphènes d’un sommeil aux opaques ferveurs.

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Commentaires

Quand s'écrit l'onde. La pierre au centre flotte. Ondule. Tournoie. Quel bel 'article'? On se laisse glisser dans ses profondeurs. White and deep. Et on est surpris d'y respirer encore. Celà me rappelle aux images d'Alix Malka, Ruud Baan, ou Zena Holloway.

Écrit par : musik a a a | 29/11/2013

Les commentaires sont fermés.