gruyeresuisse

24/11/2013

Sylvie Buyssens et les révélations des paysages helvétiques

 

Buyssens.jpg

Sylvie Buyssens  - d’origine flamande et devenue genevoise -  prouve que  la célébration du paysage demeure plus que jamais  possible. Elle propose un cosmos constitué de formes qui en dépit de leur aspect « naturel » semblent singulières et irréproductibles. La photographie - lieu de la fixité -  est dynamisée par une énergie et des mouvements. Chacune recèle la puissance de l’agitation. De tels panoramas lointains parents des « Kodak Coloramas » des années 1950 créent des mises en scène magistrales de paysages spectaculaires qui deviennent parfois une évocation grandiose de la nature helvétique.Au sein d’une confusion organisée et d’une feinte d'incarnation « réaliste », la photographie crée un lieu où le visible transfiguré est livré au vertige. Tout y  est en soubresauts, turbulences, explosions, flux. Le statique ne fait jamais obstacle au sentiment du mouvement. Le rectangle allongé des panoramas donne l'idée de l'immensité. La valeur graphique sculpte, et soulève les cimes aux seins  des formes incertaines, sombres ou illuminées. Souvent frappée par l’orage ou sa proximité l’image acquiert une qualité d’une lumière soit poudreuse soit profonde sous  un ciel obscur et chargé d’une nature comparable à celle des passions humaines - même si l’être est absent de telles œuvres. Est-ce pour cela que la qualité atmosphérique trouve une sorte d’achèvement ? Physique aussi bien que mental le paysage devient paroxystique. Le tellurique comme la neige  créent des formes exaltées et instables. Véritable photographe « du » et non « de » paysage Sylvie Buyssens met le motif au second plan pour atteindre ce que Catherine Millot nomme dans « Abîmes ordinaires » « un point trou ». A savoir une expérience du retournement, du renversement du paysage jusqu’à faire une extase, une détresse, une plénitude ou une solitude. L’élément minéral y passe dans l’ordre de l’hymne narratif dans lequel l’émotion n’est jamais absente.

Buyssens 2.jpg

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

Les commentaires sont fermés.