gruyeresuisse

23/11/2013

Magali Koenig : intériorité de la photographie

 

 Koenig 2.jpg

La Lausannoise Magali Koenig donne au noir et blanc une intensité particulière. Non seulement par ses choix techniques d’ouverture de focale mais aussi par les jeux de lignes qu’induisent ses prises géométriques dictées par son regard de créatrice. Il n’existe pas de sentimentalité dans son goût pour le noir et il ne faut pas le considérer de manière psychologique en ramenant l’artiste à une « humeur sombre ». Grace à ce choix elle invente non seulement une couleur du temps mais une vibration particulière. Par la qualité ce noir et blanc qu’elle assombrit surgit la lumière du sombre. Elle ramène à une certaine intériorité. Mais il s’agit avant tout de l’intériorité de la photographie. A travers elle Magali Koenig laisse venir ce qui en elle comme en nous appartient au plus profond, au plus secret.

 

La densité, la frontalité sont souvent présentes dans ses œuvres. Elles donnent l’impression d’une puissance permanente de la nature et de l’architecture. Les deux accordent aux êtres leur tendre indifférence. Mais ce qui touche est la charge d’émotion portée par ces prises savamment cadrées et éclairées. Aux lieux sans âme l’artiste accorde une présence. Mais ces lieux témoignent aussi de la présence de la créatrice de son désir d’appartenir à son espace. Un espace réinvesti et revisité. Preuve que la photographie n’est pas une question de réalité mais d’imaginaire.

 

Jean-Paul Gavard-Perret.

10:29 Publié dans Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.