gruyeresuisse

17/11/2013

L’Art Concret de Pierre Juillerat

 

 Juillerat 2.jpgLe Bernois Pierre Juillerat est l’héritier de l’école de Zurich. En ses rapports de lignes et de couleurs, apparemment le souci du décor est la figure essentielle. Pour autant l’artiste n’est pas un flambeur désinvolte. D’où son soucis de la méthode pour libérer tout en la contenant l’énergie créatrice. Mais sous le géométrisme, sa neutralité, son retrait surgit la vigueur émotive. Elle avance sinon masquée du moins dédoublée. Cette approche reste pour l’artiste la haute culture : l’art concret lui permet de brider l’affolement d’où les images sortent afin de les canaliser dans le but de leur donner plus d’intensité pour résister au chaos. Ce « constructivisme » distancie l’émotion brouillonne au profit d’une syntaxe revêche à l’ excès.  En conséquence l’artiste pourrait faire sienne la phrase de Beckett : « Tout ce que j'ai pu savoir je l'ai montré. Ce n'est pas beaucoup mais ça me suffit et largement. Je dirais même que je me serais contenté de moins ».

 

 

 

Juillerat.jpgPierre Juillerat emporte la peinture en une sorte de vue sans dehors ni dedans toujours éloignée du pathos. Chaque toile devient le vecteur d’une beauté du monde rendu à une clarté dégagée du désir de subjuguer par des bouffonneries plastiques. L4« abstraction » ne cherche pas le vide au milieu des choses mais leur exhaussement dans la rythmique des lignes et des couleurs. Le créateur en tire de nouveaux accords loin des fausses aurores contemporaines dont - dans bien des bluffs  - l’art regorge. Juillerat préfère le réenchanter sans acrobaties mais avec élégance du coeur qu’ignorent les séducteurs compulsifs. Elle fait paraître aisée des gravitations essentielles qui prennent valeur de méditation, de partage et d’échange au sein d’un travail  qui refuse le tournant machinique de la simple émotivité de surface.

 

 

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

08:57 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.