gruyeresuisse

29/10/2013

Claude Hermann le magicien

Herman.jpgClaude Herman, « Du temps suspendu », Art et Public, Cabinet Ph, Genève, à partir du 6  décembre 2013.

 

L’art ayant perdu ses pouvoirs de représentation - remplacé en cela par des médias plus performants - il est tombé (grâce ou à cause de Duchamp) dans le jeu. On lui demande d’amuser pour séduire. Et s’il y a une crise de l’art c’est bien là où il faut creuser. Hermann dont l’œuvre est d’une perfection rare est aux antipodes de cette propension même. Certes son approche reste ludique. Mais  le jeu permet de renouveler la représentation pour la transférer dans la re-présentation.  La séduction ne méduse plus : la perfection formelle fascine par le sens qu’elle induit.

Ecoutons à ce propos l’artiste : « Autrefois, je quittais la cuisine pour prendre le vélo de mon père et aller acheter cinquante centimes de mou pour le chat.  Il était emballé dans du papier journal. Je posais cela sur la table et reprenais mes dessins interrompus. Aujourd’hui, il n’y a plus de mou et le chat est au fond du jardin. Je continue de dessiner sur la table de la cuisine. Je ne sais rien de l’Art, c’est peut-être une aide pour conjurer mes angoisses ou peut-être à mon âge m’éviter de découvrir tout ce que je n’ai jamais vécu. On viendra peut-être un jour me déranger pour que j’aille à nouveau acheter du mou pour le chat, je raconte des histoires, sitôt racontées sitôt oubliées…".  Loin de tonalités mélancoliques l’œuvre émerge donc  en positif et non en négatif de la disparition.

Hermann développe aussi loin que possible les paradoxes du déplacement lié à toute empreinte. Il en affine la trace afin de lui donner une existence sculpturale. Se perçoit une profondeur rarement atteinte par effet de finesse comme si l’œuvre « sculptait » l’absence dans le matériau de sa cendre volatile. Les corps y sont aspirés dans le souffle du temps dont l’artiste ranime la puissance fantomatique. L’image devient la revenante crépusculaire des hantises. C’est magique.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

11:23 Publié dans Genève, Images | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Le jeu je ne sais pas, je pensais que l'art désormais aurait pour tâche de peindre les images de l'âme, au lieu de peindre celles du monde sensible, c'est un peu ce que disait Kandinsky, je crois. Est-ce un jeu, ou une initiation? Le fantôme appartient lui aussi aux profondeurs de l'âme sans doute.

Écrit par : Rémi Mogenet | 30/10/2013

Les commentaires sont fermés.