gruyeresuisse

08/10/2013

"Vider l'étang pour voir les poissons" : Max Bill le mentaliste

Max Bill 2.jpgLe terme "art concret" fut introduit dans l’histoire plastique  par Theo van Doesburg  dès 1924 afin de l’opposer au concept d’abstraction. En rien figuratif cet art propose une différenciation plus affinée entre l’art abstrait et l’art non figuratif. Passé à travers les écoles du de Stijl et  du Bauhaus, il s’affine avec Max Bill qui le définit ainsi : « Le but de l’art concret est de concevoir des objets destinés au spirituel, de même que l’homme crée des objets destinés à un usage matériel ». 

Revisité par l’école de Zurich - et Max Bill en premier chef -  cet art devient  un monstre froid, géométrique. Fruit de l’esprit, ce poisson glacé est la vision d'une pensée intellectuelle qui trouvera un héritage dans le « Colour Field Painting » et le « Op Art ». Un autre Suisse passé par Zurich : Peter Knapp soulignera  cette glaciation mais aussi la perfection formelle d’une telle approche.

 

Néanmoins Max Bill a donné à l’art concret une dimension supplémentaire. Le « spirituel » tel que l’artiste le définit et l’illustre s’oppose au sentimental et au mysticisme. Ni illustration, ni symbole il ambitionne d’embrasser le réel dans son côté artificiel sans souci de transposer la nature. Refusant le narratif comme l’abstraction pure sa matière est la couleur, l'espace,  la lumière, le mouvement. 

 

Par ailleurs Max Bill - en refusant judicieusement l’intime -  trouve le moyen de clarifier le monde artificiel afin d’y propulser la vie même si – paradoxalement - la seule narration est une histoire d’angles, de lignes, de volumes et de couleurs. Chaque œuvre de l’artiste quel qu'en soit le genre agit comme une porte spécifique. Elle n’ouvre pas sur une représentation du monde mais sur son "explication" en action.  

 

Max Bill 3.jpg"Intellectuellement" cette œuvre reste  donc essentielle. Sur le plan de l’émotion cela semble plus discutable. Mais peut-être n’a-t-on pas compris que Bill ne cherchait pas à toucher avec des images émouvantes mais par des rapports d’images en une simplification créatrice subtile.  L’œuvre est à ce titre moins froide et distanciée qu’on pouvait l’estimer. D’autant qu’elle a mérite de dégager - au sein même de l’architecture et du design - de l’apparence décorative et de tout pittoresque. Max Bill a su développer les formes sans les étaler. Il n’a eu cesse de construire plus en retranchant qu’en ajoutant. Robert Bresson appelait cela « Vider l’étang pour voir les poissons ».

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

09:45 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.