gruyeresuisse

19/09/2013

Messie, mais non : portrait de Fabienne Radi en parleuse

 

Radi.jpgFabienne Radi, « Mais si », lecture avec images, micro et verre d’eau », 27 septembre 2013 à 19 heures, Standard de Luxe, Lausanne.

 

 

Dans l’allée et venue  de l’exposition « Le poil des Cavernes » de Babara Cardinale et Line Marquis, Fabienne Radi va proposer une lecture dont elle a le secret et où se même la connaissance, l’imagination et l’humour. L’artiste reprendra des fragments de deux de ses livres « ça prend » et « Nouveaux Tableaux » mais aussi l’improbable corpus du « Managing Structural Bird Problems » d’Ursula Achternakamp et al..

 

 

 

A tous les assoiffés qui collent leurs lèvres aux bords de tasses athées et face à eux Fabienne Radi claquettera en talons hauts de rose. Elle bricolera à sa main et à sa langue ses plaisirs en un coulis fuchsia et en envol d’hirondelles avant que l’automne ne les emporte.

 

 

 

Dans ses mille et un vertiges et ses penchants paniques, perchée sur la corniche de son  estrade bien des yeux masculins et féminins regarderont non sous ses jupes mais sur ses lèvres afin de se pendre à ses lectures désirantes qui éloignent du sommeil. Il est fort à parier que beaucoup tomberont dans les beaux draps que l’artiste aura tendus pour les recevoir.

 

 

 

Poussant la lecture en un chant pataphysique bien des poissons volants y frétilleront. Car celle qui a le gout pour  les racines carrées en extraira une lave sortie des crasses de la terre et des écumes du ciel. Ainsi dans le Standard de Luxe il pleuvra des cordes de savoirs et de rire puisque pour une fois quelqu’un  parlera bien plus que pour un oui ou pour un non.

 

 

 

Fabienne Radi redressera bien des courbes et remontera le fil de ses pensées en Barbie Girl d’un genre inédit. En ses vols imaginaires elle penchera un peu à droite puis à gauche. Puis elle mitonnera un délicieux repas livresque. Espérons qu’une chorale décuplera son chœur en spirale intraveineuse et en intonations excentriques sur les rives du Léman. Sur la berge - sait-on jamais - un manchot viendra peut-être lui tourner les pages de ses livres. A moins qu’il ne lui prenne la main.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

Commentaires

mmmh waooo ! vous donnez grande envie d'aller à Lausanne!!!

Écrit par : mississipi | 23/09/2013

Les commentaires sont fermés.