gruyeresuisse

08/09/2013

Le filmage architectural et urbain de Renate Buser

Buser 3.jpgLes installations photographiques monumentales conçues par la Suissesse Renate Buser viennent souvent se poser sur d’autres façades. De telles photographies donnent l’illusion de les ouvrir par différents jeux d’échelle et de perspective. Ces installations sont toujours spécifiques à un site en particulier. L’artiste y propose des expériences avec les perspectives et les caractéristiques intrinsèques d’un bâtiment ainsi que les jeux d'ombre et de lumière qu’il engendre. La photographe tente à la fois de créer une relation entre l’intérieur et l’extérieur et entre les espaces réels et les espaces photographiés. Ce mouvement  est essentiel à des propositions. Elles entrainent une réflexion sur l’espace urbain et l’architecture. A la Cité Internationale de Paris elle a profité de la diversité des maisons (entre autres la Fondation Deutsch de la Meurthe et la Fondation Suisse de Le Corbusier et la Maison Internationale et le Collège Néerlandais)  pour proposer ses interfaces à l’extérieur (façades) comme à l’intérieur (couloirs, halls et escaliers).  L’artiste s’empare de volumes lisses et simples. Elle utilise la lumière qui définit les espaces avec une grande subtilité. Par exemple la transparence des espaces dans un hall très haut provoque chez les promeneurs et les résidents un moyen de changer  le lieu  grâce à la photographie. Celle-ci décale la perception, change la perspective sur le quotidien. Alors que l'architecture  donne l'impression d’une fixité l’artiste lui accorde une valeur de changement et d’éphémère.

 

Avec son installation « Espaces et vides » à La Chaux-de-Fonds elle utilisa les photographies des immeubles d'habitation du 19e siècle. Pour reprendre les photographies Renate Buser avait choisi des angles qui faisaient apparaître les immeubles en forte perspective. L’artiste coupa toits et trottoirs afin de juxtaposer les façades. Elles deviennent des éléments de décors sans épaisseur. Ils réduisent les espaces urbains à des vides. L’effet de trompe l'œil des images crée un effet étrange. Une telle monstration suggère un paysage urbain quasiment onirique. En avançant dans la salle d’exposition les façades se déformaient et les perspectives s'accéléraient avec toujours la recherche du mouvement dans la dialectique de l’espace réel et son reflet « remonté ». On l’aura compris : Renate Buser aime l'architecture et les grands tirages en noir et blanc. Elle joue avec les lignes de force, les perspectives et les ouvertures, pour confondre la transparence des supports et transparence du bâtiment. Elle anime l’architecture via ses photographies et leurs jeux d’angles. Elle ouvre aussi les deux médias à un champ d’expérimentation ou la 2D de la photo joue avec la 3 D de l’architecture. Surgit par exemple de sa vision  une prise qui lui permit à Tokyo de découvrir une utopie urbaine - un peu comme le proposait Fritz Lang avec Metropolis ou encore Riddley Scott - par la coexistence de l’architecture d’avant-garde et des quartiers historiques. Renate Buser a d’ailleurs pris des photos des rues, des buildings qui rappellent des scènes de films pour les “remonter” une nouvelle fois dans son propre “film”.

 

Buser 6.jpgLe noir et blanc et le grand format  permettent de préserver un maximum de détails. La narration devient aussi poétique que narrative proche de la vie réelle mais autant de la dimension S-F. Jouant d’abord sur le grossissement des images l'artiste les adapte en des formats conçus pour des expos en galeries. Là encore elle adopte une installation particulière. Depuis quelques temps animaux et personnages « performent » dans ses travaux. On trouve par exemple un énorme rat qui « pose » devant le marché de poissons de Tokyo.  Un corbeau est assis sur un poteau dans une allée étroite : en fait, c'est une tige installée devant la photographie. Mais elle offre un déguisement parfait. L’artiste propose donc là des tableaux-vivants où se renforce son mixage entre l’imaginaire et le réel. De telles œuvres méritant une attention particulière tant elles sont originales. Le réel y perd sa réalité d’apparence. Les surfaces sont renvoyées à des états de méconnaissance. Elles se trouvent atteintes par une turbulence, par une vague de connaissance intempestive. Elles sont les preuves que tout cliché peut devenir une épreuve de vérité.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Les commentaires sont fermés.