gruyeresuisse

08/09/2013

Entretien dans les villes imaginaires de Renate Buser

 

Buser.jpgQu’est-ce qui vous fait lever le matin ? J’aime mon travail et ma vie – c’est ce qui me fait lever le matin.

 

Que sont devenus vos rêves d’enfant ? Mes rêves d’enfants m’animent toujours aujourd’hui..

 

A quoi avez-vous renoncé ? A l’idée d’avoir des enfants.

 

D’où venez-vous ? D’un lieu appelé 800  mètres au dessus du niveau de la mer et la ceinture de brouillard, dans les collines du Jura en Suisse..

 

Quelle est la première image dont vous vous souvenez  ?  Je me rappelle, j’avais environ 6 ans. Mon ami et moi me sommes montés  sur la toiture de notre maison, ce qui était, pour nos parents, très effrayants.

 

Qu’est-ce qui vous distingue des autres artistes ? La taille de mes photographies.

 

Où travaillez-vous et comment ? Je travaille le plus possible à l’extérieur dans des grandes villes ou des lieux historiques. Je travaille dans mon studio pour les travaux conceptuels et l’exécution des pièces finales.

 

A qui n’avez-vous jamais osé écrire ? J’admire beaucoup d’artistes, réalisateurs, écrivains, architects, la liste est très longue. Cindy Sherman est l’une d’elle.

 

Quelle musique écoutez-vous en travaillant ? Je n’écoute pas de musique en travaillant.

 

Quel livre aimez-vous relire ?Slightly out of focus par  Robert Capa.

 

Quand vous vous regardez  dans un miroir qui voyez-vous ? Moi

 

Quelle ville ou lieu à valeur de mythe pour vous ? Magnesia en Turquie.

 

De quels artistes vous sentez-vous le plus proche ? Un de ceux qui m’a surpris par exemple : Omer Fast.

 

Quel film vous fait pleurer ? Le film qui me fait pleurer - et rire : Short Cuts de  Robert Altman

 

Qu’aimeriez-vous recevoir pour votre anniversaire ? Un voyage dans le nord du Canada pour voir les aurores boréales.

 

Que vous inspire la phrase de Lacan : „L’amour c’est donner quelque chose qu’on n’a pas à quelqu’un qui n’en veut pas“ ? -

 

Et celle de W. Allen „La réponse est oui mais quelle était la question ? „  -

 

Réalisé et traduit par Jean-Paul Gavard-Perret, le 6 septembre 2013.

Les commentaires sont fermés.