gruyeresuisse

27/08/2013

Tirage limité n° 3 à Lausanne : Les « livres fous » de Catherine Bolle

Bolle 2.jpgTirage limité n° 3, 3ème rencontres romandes du livre d’artiste, Palais de Rumine, Lausanne, 7 septembre 2013.

 

 

En 1983 Catherine Bolle fonde à Genève les « nanoéditions » Traces  avant de les « exporter » à Lausanne. L’imprimeur Christian Braillard et le taille-doucier Raymond Meyer sont les premiers à soutenir ce projet. Il s’ouvre très vite à d’autres collaborateurs : Jo Cecconi à Genève, Christian Jourdain à l’Imprimerie Nationale à Paris, Michel Nitabah, éditeur à Paris. L’objectif de l’artiste est de rassembler ce qu’elle définit comme «  une non-famille de poètes de cultures et de sensibilités différentes ».

 

Elle y réussit parfaitement en rassemblant principalement des auteurs « méditerranéens » - mais pas seulement –  qui n’ont jamais été publiés en Suisse. Jean-Louis Giovannoni, Israël Eliraz, Henri Meschonnic, Salah Stétié, Daniel Leuwers, Jean Mambrino, Matthieu Messagier deviennent les compagnons de route de l’artiste. Ses interventions plastiques  en gouffres et tourbillons de lignes et de couleurs sous divers supports métamorphosent les textes.

 

Par ce qui tient à la fois condensation et étendue plastique les textes deviennent des torches mouvantes. L’artiste ne se contente pas de les épouser les textes : elle en saisit une ressemblance qui semble a priori hors d’atteinte. L’artiste fait passer le texte de la chimère au réel par la puissance des formes et de couleurs et le génie de lieux imprégnés de risques violents et d’équilibres subtils.  Pour chaque textes la créatrice trouve un rythme plastique qui au lieu de clôturer la poésie l’ouvre. Des structures différentes s’imposent d’un livre à l’autre : symétries, dédoublements, dissociations, divers types de courbes, sinusoïdes, longueurs d’ « ondes» se confondent, se coupent, interfèrent.

 

De chaque texte l’artiste affile les sensations,  les englobe dans son flux fruit d’un affect, d’une tendresse mais aussi d’une longue réflexion et d’une intelligence sensitive.Se perçoit que la vie est toujours après ou avant les mots. Pas dedans.  Elle est dans le travail de Catherine Bolle. Un travail brûlé de la lumière qu’il brûle. Au mouvement du texte la plasticienne accorde le souffle de ses espaces aux formes sauvages et secrètes. Une fluidité se libère du sous-sol de textes délivrés de la servitude de leur seul logos. Verre, calque, bois,  papier braille ou chine du désert  travaillés à l’encre, à la craie, au tampon transforment les vers et les phrases trop sages en ce que Michel Melot nome à juste titre des « livres fous ».

 

Bolle.jpgConcrétisant l’état « abstrait» du texte, chacun d’eux devient un objet d’écriture et de découverte qui défie l’ordonnancement classique de livre d’artiste. Catherine Bolle elle-même devient parfois auteure. Sa langue crée d’autres entrelacs et des artères compliquées et dynamiques. L’écrivaine est amenée à y « improviser » mais jamais dans le n’importe quoi.   Sous ce que Lévi-Strauss nomma « le bricolage » tout fonctionne selon une approche empirique d’une rate qualité.  Là où s’opère le transfuge d’un corps à l’autre une infusion a  lieu.

 

Quant à Stétié, Eliraz, Messagier et les autres ils comprennent que, pour qu’un soupir tremble, il faut plus que leurs mots. Trempés dans l’image s’y forme une autre la lumière tracée. Elle fait tomber les mots  de leurs murs et de leurs murmures pour les plonger dans une ivresse des grands fonds. De ceux-ci Catherine Bolle fait émerger bien plus que les contours.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Rappel : pour voir ces livres rares le livre « Les ateliers contigus » de Catherine Bolle, aux Editions Benteli propose plus qu’un aperçu.

Les commentaires sont fermés.