gruyeresuisse

19/07/2013

Vincent Calmel : renaissance - entretien avec le photographe

 

Calmel 5.jpgVictime d'un très grave accident de moto, le genevois d’adoption Vincent Calmel  frôla la mort mais  resta défiguré à jamais. Aujourd'hui il a retrouvé son visage recomposé par sept chirurgiens. La rééducation post-traumatique a pris pour l’artiste la forme d'un apprivoisement de soi-même, de ses nouveaux traits et d’une réflexion intense sur son travail dont l’objectif est justement de fixer par l'image une identité… De cette épreuve est née une séries de portraits « Trauma ». Sous l’apparence de réalité ils sont recomposés, pixelisés donc virtuels. Ce travail a un écho avec sa propre histoire mais la dépasse. Calmel  revient à son rapport au vrai et au faux, au nu et au recouvert bref au dévoilement. Il le développe avec émotion et humour comme le prouvent les deux photographies de l’artiste présentées ici.

TRAUMA, du 20 juin au 6 octobre 2013, Espace Opéra, Genève, et du 20 juin au 26 juillet, Galerie Sandra Recio,  Genève. 

 

Calmel 6.jpgQu’est-ce qui vous fait lever le matin ? Mon réveil

Que sont devenus vos rêves d’enfant ? Eternels.

A quoi avez-vous renoncé ? A la jeunesse.

D’où venez-vous ? Je me pose encore la question…

Qu'avez-vous reçu en dot ?  Le sens de l'humour.

Un petit plaisir - quotidien ou non ? Boire un café.

Qu’est-ce qui vous distingue des autres artistes ? Rien.

Quelle fut l'image première qui esthétiquement vous  interpela ? Une des premières photos de Richard Avedon prise avec le premier appareil que lui offrit son père pour l'anniversaire de ses dix ans.  

Où travaillez vous et comment? Partout et avec méthode.

Pourquoi abandonner le projet de devenir réalisateur de films ? Parce qu'il y a trop d'attente entre  l'écriture du film et sa réalisation. Je ne suis pas assez patient.

Quelles musiques écoutez-vous en travaillant ? Mon chien qui ronfle. Cela m'apaise.

Quel est le livre que vous aimez relire ? "Le Livre de l'Intranquillité" de Pessoa.

Quel film vous fait pleurer ? Parce qu'il est sublime : "Euréka" (film japonais de Shinji Aoyama, 2000).

A qui n'avez-vous jamais osé écrire ? Houellebecq.

Quel(le) ville ou lieu a pour vous valeur de mythe ? La ville d'où je viens : Bandol.

Quels sont les artistes dont vous vous sentez le plus proche ? Laurent Monläu, Nicolas Guerbe.

Qu’aimeriez-vous recevoir pour votre anniversaire ? Une année de moins.

Que défendez-vous ? L'indépendance absolue.

Que vous inspire la phrase de Lacan : "L'Amour c'est donner quelque chose qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas"?  Malheureusement lucide.

Enfin que pensez-vous de celle de W. Allen : "La réponse est oui mais quelle était la question ?". Impression de déjà vu et éprouvé.

Entretien réalisé par Jean-Paul Gavard-Perret, Genève, 15 juillet 2013.

 

17:47 Publié dans Genève, Images | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.