gruyeresuisse

03/07/2013

Pierre Liebaert : du domaine interdit.

 

 

 

Pierre Liebaert «  Exposition de Macquenoise » lors des 50 journées photographiques de Genève, juillet-aout 2013. « Macquenoise » est publié aux éditions Le Caillou Bleu (Bruxelles).

 

 

Liebaert.jpg

Le photographe d’origine suisse Pierre Liebaert propose avec « Macquenoise » un étrange face à face entre une mère et son fils (célibataire endurci) dans une ferme d’un coin perdu du Hainaut. Les deux participent d’un même destin plus ou moins délétère et dur. Le photographe a pu s’introduire dans cet espace bien gardé, interdit voire périlleux afin d’en arracher quelques secrets.

 

Dans cette série le paysage-corps est aussi cruel, hérissé, fuyant qu’un paysage intérieur. Et il faut d’ailleurs attendre que les deux protagonistes s’endorment afin de pouvoir les saisir… Leurs désirs trop larvés et enkystés ne pourraient tolérer qu’un autre, qu’un étranger viennent chaparder leur image. C’est pourquoi, lorsqu’ils sont éveillés, l’artiste ne peut capter que le contexte : deux poussins morts, un fusil, l’écran de télévision sur lequel se réverbèrent la mère et son fils.

 

Mais de cette obligation d’approche diffractée émane une vérité. Les traitements du plan comme du noir et blanc n’y sont pas pour rien. L’image « volée » crée une cassure. Elle accentue la gêne et la surprise chez le spectateur. En même temps des chausse-trappes s’ouvrent partout dans cette façon particulière que l’artiste possède pour saisir le lieu.

 

Ce qui est attendu,  guetté, espéré est parfois atteint. Mais parfois - voire souvent – tout reste perdu, retiré. L’œuvre possède donc quelque chose de précaire et d’une simplicité que Philippe Jaccottet nommerait sans doute avec humour « d’une douceur insoutenable ». Mais où le poète trouverait - une floraison miraculeuse, le photographe ne fuit pas la réalité. Il fait ressortir l’épaisseur d’un réel humilié et rupestre.

 

Il y a là des déserts de vie, des abîmes. La poésie des images est gouvernée par un mouvement de descente, de plongée. On y sent combien Liebaert est  entrainé par une curiosité fascinée en ces labyrinthes et leurs « monstres » anodins. De l’opacité et par le noir et blanc remonte un espace où ils sont prisonniers.

 

Liebaert 2.jpgL’artiste par cette pénétration ne cherche  nulle réponse, nul gain utilisable. D’où l’authenticité d’un tel projet. Y affleure la poésie de l’écume accidentelle du vécu. Un vécu sans plainte, sans confidence - ou si peu. Dans une cette série surgissent donc  autant un paysage cruel que son embellie. Et il est peu d’univers photographiques si fascinants et surgissant  à deux doigts au-dessus de la terre.

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

14:24 Publié dans Genève, Images | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

un milieu que je connais. bien. Touchée par le regard touché et le merveilleux tragique de cet article écrit à deux centimètres au dessus de la table. j'entends le temps couler le long du lisse du formica et j'ai le même cygne en attente dans mon séjour.

le quotidien qui fait vaciller la chaise. Avec le sentiment de tenir le poids de l'habitude.

Écrit par : musika | 04/07/2013

Les commentaires sont fermés.