gruyeresuisse

29/06/2013

Vahé Godel entre deux infinis

 

Vahé Godel, "Quelque chose quelqu'un" précédé de "Que dire de ce corps", Editions Empreintes, Chavannes-près-Renens, 15 chf..

 Godel.jpg

 

Depuis près de cinquante ans le Genevois Vahé Godel écrit des proses poétiques d’un registre particulier. Critique envers notre époque il n’est en rien un simple vociférateur. Sa poétique se développe aux grés des ruptures. Elles la sortent  de la linéarité et proposent des trouées, des ellipses. Nourri d'une double culture - occidentale par son père et son pays, arménienne et orientale par sa mère - le poète s’est libéré de ce qui est superfétatoire.

 

« Quelque chose quelqu’un » mène vers un sens en devenir. Il n’est jamais donné pour fini tant le chaos prend au fil du temps diverses formes.  Dans chaque texte l’auteur court avant de trébucher. Et au besoin il lave ses meurtrissures avec l'aboiement des chiens dans l'air bourdonnant où se mêlent désordre et émerveillement. Un éclair noir reconduit l'être à l'intérieur de lui-même. L'espace y augmente, les volets y claquent. Une voix monte et rythme le cours du temps dans le dénuement.

 

Qu'importe si la  nuit du fantôme avance à petits pas. La lumière du monde est à l'écheveau du souvenir. En contrebas la combe régresse dans l'incertain. Ici et là  demeurent des pointillés d'herbes dans une ombre perméable Et quand se fixe au plafond les reflets de l'âme son « corps » diaphane danse sur le feu comme une plume blanche.

.

Face aux poètes narcissiques qui se plaisent en leur miroir, Godel préfère toujours  le trou d'une serrure qui tournée vers l’extérieur permet de voir l’intimité des arbres. Leur gel parfois vient talquer le néant. Ce presque rien sur les branches demeure capital. Face à l'âpreté de l’hiver des oiseaux s’y réjouissent. Ils se réchauffent à la braise des poèmes en prose. Constitués dans l’incertain ils deviennent peu à peu un une sagesse, l’approche d’une sérénité la plus profonde qui soit. Celle qui n’exclut pas la douleur.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

Les commentaires sont fermés.