gruyeresuisse

11/05/2013

Abîmes de surfaces : entretien avec Claire Nicole

 

 

(réalisé avec l'artiste par Jean-Paul Gavard-Perret)

 

Claire Nicole 4.jpg

Qu’est-ce qui vous fait lever le matin ?  La lumière. Les petits oiseaux. L'envie d'aller "gribouiller".

Que sont devenus vos rêves d’enfant ?  La vie est tantôt un rêve, tantôt un cauchemar et je suis dedans.

A quoi avez-vous renoncé ? Jusqu'à maintenant, je n'ai pas le sentiment d'avoir dû renoncer, mais bien d'avoir fait des choix entre des possibilités. J'ai toujours pris la direction qui me convenait sans que l'abandon d'une opportunité me soit apparu comme un renoncement.

D’où venez-vous ?   De là-bas !

Qu'avez vous dû "plaquer" pour votre travail ? Rien: comme l'important est mon travail, je n'ai rien (ou tout !) plaqué. 

Qu’est-ce qui vous distingue des autres artistes ? Il faut être soi: c'est peut-être en cela qu'on est différent des autres. D'ailleurs, qu'est-ce qu'un artiste actuellement ?

Où travaillez vous et comment ?  Dans mon atelier et jamais dans la nature, que j'adore pourtant et que j'utilise comme ressourcement. L'environnement est sans importance pour ma création, mais il me faut un lieu fermé, un espace clos où je dois être seule.

Quelles musiques écoutez-vous en travaillant ? Musique classique. Debussy: Pelléas et Mélisande; Schubert; voix diverses: lieder, opéras. Musique moderne et contemporaine: Hindemith, Janacek, Scelsi. Mais par-dessus tout le silence. A ce sujet, je ne résiste pas au plaisir de citer Philippe Muray, dans Essais, éd. Les Belles lettres, Paris, 2010, page 1157: "On n'entend plus les Voix du Silence. L a voix de harpie de la Culture les a remplacées. Mais nul ne peut tenir Malraux pour responsable de la métamorphose funeste de ce qu'il appelait, lui, culture, en instrument de contrôle et de domestication de cette modernité à laquelle rien ni personne, désormais, ne doit plus échapper.  "Pourquoi l'art à l'hôpital ? Parce qu'il n'y a aucune raison que le territoire des biens culturels et intellectuels soit interrompu", expliquait récemment un de ces innombrables coordinateurs, agents de proximité, médiateurs, clowns-médecins, membres de milices poétiques, musiciens compassionnels, rénovateurs des sensibilités, thérapeutes de rues et autres organisateurs de carnavals de chevet que la Culture enfante à jet continu".

Claire Nicole.jpg

Quel est le livre que vous aimez relire ? "La Porte de Soseki", "La Solitude des nombres premiers" de Paolo Giordano.

Quelles taches ménagères vous rebutent le plus ? Toutes !.

Quels sont les artistes dont vous vous sentez le plus proche ? Giotto, Le Greco, Piero de la Francesca, Tanguy, Henry Moore, Diebenkorn et tant d'autres.

Qu’aimeriez-vous recevoir pour votre anniversaire ? Encore 50 ans comme ça !

Que défendez-vous ? La liberté tout court et la liberté d'expression. 

Que vous inspire la phrase de Lacan : "L'Amour c'est donner quelque chose qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas"? Moins par moins égale plus !

Et celle de W. Allen : "La réponse est oui mais quelle était la question ?".  Absurde et parfait.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.