gruyeresuisse

18/10/2019

Sarah Carp & Delphine Schacher "en repons"

Carp.jpgSarah Carp, Delphine Schacher, "En résonance", Galerie du Crochetan, Monthey, du 25 octobre 2019 au 7 février 2020.

Le réel est une chose si précieuse qu'il ne doit pas être confié à n'importe quel(le) artiste. Il faut au photographe ce que Jean-Jacques Naudet nomme "Un regard" pour saisir ce qui peut advenir et ce avec beauté afin que les oeuvres soient dignes de ce nom en ne se limitant pas à une pratique "gonzo". Sarah Carp et Delphine Schacher le prouvent dans leurs scénographies "en repons".

Carp bon 2.jpgS'y découvrent des "images justes" chacune avec leur poésie. Les deux créatrices "habillent' le réel parfois de nostalgie, parfois de l'appel à un certain hédonisme implicite qui ne cherche pas à caresser les fantasmes. Le propos est autre. Les deux oeuvres sont plus "humanistes" qu'"humaines trop humaines" et répondent parfaitement à l'injonction du photographe Sergion Larrain : « Une bonne photographie vient d’un état de grâce. La grâce vient quand on est libéré des conventions, des obligations, de la compétition; être libre comme un enfant dans ses premières découvertes de la réalité. »

Les deux photographes contribuent à imposer une démarche ethnologique par la vision de l'environnement avec Delphine Schacher mais qui n'exclut pas chez Sarah Carp une saisie de l'intime. Cela ne relève donc pas de l’objectivation scientifique mais de l’interprétation imaginative. La photographie devient la matière mentale et émotive la plus plastique. Les clichés affranchies de la nécessité d'une simple soumission au réel reviennent au domaine de la rêverie comme du réel en leurs interprétations de ce qui nous entoure et nous "fait". Ils créent le génie de nos divers lieux et sollicitent autrement la rencontre avec les fantômes de notre civilisation.

Jean-Paul Gavard-Perret

08/10/2019

Marges de figurations et d'interprétations - Sophie Bouvier Ausländer

Bouvier Auslander.jpgSophie Bouvier Ausländer, "Words, Works, Worlds", Galerie Heinzer-Reszler, Lausanne, du 18 octobre au 28 novembre 2019

Sophie Bouvier continue à explorer des territoires inconnus ou peu abordés dans un travail radical qui s'impose peu à peu sur la scène internationale. Ses images sont autant d'énigmes. Elles utilisent tout support et surface là où le pillow-book lui même est revisité selon un humour particulier. Si bien que chez elle le dérisoire peut jointoyer une sorte de sublime mais loin d'une vision marmoréenne de l'art.

 

Bouvier Auslander 2.jpgIgnorant la demande de visas plastiques elle ose divers types de motifs et de causes pour parvenir à ses buts. D'où la présence d'interstices et d'intermittences au besoin phrastiques dans ce qui tient d'état des lieux et d'un work in progress. Rien n'a lieu que le lieu d'étal de modulations. Renelle, l'artiste se fait au besoin un sang d'encre mais n'en laisse rien paraître. Tout reste de la suggestion qui pour le regardeur devient objet d'interprétation.

 

Bouvier Aus.jpgLa Lausannoise parvient à autonomiser le langage plastique afin de convoquer le "voyeur". Mais il n'existe pas chez elle de dominant ou de dominé, de sujet ou objet. Emerge une forme de matérialisme et d'éthique capable de déchirer des visions fausses qui oblitèrent la complexité de l'image. La créatrice évacue les formes simplement décoratives. Chez elle les invitations sensorielles sont d'une autre puissance. Elles sortent de l'hypocrisie d'une esthétique admise et matérialisent aussi des régions de "franchises" (à tous les sens du terme).

 

Jean-Paul Gavard-Perret

07/10/2019

Philippe Battaglia : faire barrage.

Battaglia.jpgPhilippe Battaglia, "La robe de béton", Edition Gore des Alpes, Lausanne, 104 p., 2019.

"Le Gore des Alpes, c’est de l’horreur, du macabre, du funeste. C’est le verso de la carte postale idyllique que tu envoies à tes grands-parents quand tu pars en vacances. Le Gore des Alpes, c’est aussi du sexe, douleur et plaisir, fluides corporels mélangés. Le Gore des Alpes, c’est de l’humour" écrit Battaglia pour présenter son livre et ses éditions. Mais pas n'importe lequel : celui d'un mauvais genre, noir et lucide. 

 

Battaglia 3.pngSe retrouve dans ce livre le quotidien des ouvriers constructeurs  des barrage ( ici de la Grande Dixence) , monde méconnu et qui a aujourd'hui disparu. Un néo-réalisme évoque les conditions de vie effroyables des immigrés. Ils travaillaient là dans la boue, le froid et les accidents, la perte des amis et la frustration sexuelle. Battaglia crée un regard sans le moindre romantisme sur le traitement réservé aux victimes qui ont créé l'or blanc de l'arc alpin  et ceux qui le détruisent à leur profit : «Dès que quelque chose de pourri se met en place, on peut être certain que l’Asticot ne sera pas loin.»

 

Battaglia 2.jpgExiste  un hommage à la pulp fiction des années 50. L'auteur en reprend les codes et l'imagerie. Bref il faut que ça suinte. Et par tous les trous. Même ceux qu'on ajoute par couteaux ou outils. Il y a là aussi  des références aux monstres du passé comme à ceux d'aujourd'hui. Les tranches de vie sont à vif en un tel bain d'encre glacé et brûlant.

 

Jean-Paul Gavard-Perret