gruyeresuisse

23/01/2017

Franziska Furter et le temps


Furter.jpgFranziska Furter, « Liquid Days », du 28 janvier au 2 avril 2017, Centred’Art Contemporain, Yverdon les bains.

 

 

 

 

 

Furter 2.pngSuite à une résidence de plusieurs mois au Japon la bâloise Franziska Furter présente au CACY, de nouveaux développements graphiques en noir et blanc aussi précis que poétique et aérien. Ils sont autant énigmatiques qu’existentiels. Non forcément totalement éloignés du réel ces œuvres deviennent toutefois étrangères au monde. Elles sont hantées par l’absence. Néanmoins l’espace investi crée un transit, une actualisation de la temporalité rendant continuellement un passé présent.

Furter 3.pngL’œuvre signifie donc certes une absence, un creux mais aussi une présence. Elle devient à ce point le salut du passé dans le futur à travers une culture plastique qui rappelle le passage initial vers la vie par l’art. Franziska Furter prouve que celui-ci jusque dans ses empreintes les plus subtiles et comme effacées reste un continuel dévoilement. L’artiste en devient l’instrument. Ce qu’elle fait entrer dans son travail demeure la « vraie » réalité.

Jean-Paul Gavard-Perret

22/01/2017

Les vagues du rêve : Ferdinand Hodler

 

Holder.jpgPeindre d’après nature ce fut pour Ferdinand Hodler peindre des femmes. Nues. Seules ou avec leur partenaire. Ses dessins font de lui un fondateur de l’art moderne non seulement par ses toiles qui le rapprochent d’un Puvis de Chavannes mais par l’érotisme de ses dessins. Ils furent néanmoins rarement exposés voire tenu cachés. Héritier de Courbet Hodler y échappe autant au symbolisme qu’au réalisme idéalisé et bien pensé.

 

Holder 3.pngLa destinée du corps devient plus souple. Elle est dépouillée non seulement des vêtements mais d’un environnement social déterminé. Dans les peintures, les couples prennent place dans un décor sans profondeur où priment l'agencement rythmique des figures et la recherche de la frontalité. Holder 4.jpg

 

 

En particulier avec les couples enlacés de “La Nuit” qui suscitent un scandale à Genève en février 1891. Dans les dessins l’émotion et la vision sont (im)pertinentes. La femme n’est plus l'héroïne spirituelle d'une aspiration à l'harmonie dans un drapé intemporel : elle retrouve son incarnation première.

Jean-Paul Gavard-Perret

Jura Brüschweiler, Hodler érotique, Editions Notari, Genève, 2016.

 

21/01/2017

Jacques Cauda le matamorphique

Cauda.jpgIl est des livres qui sidèrent par le rire qu’ils soulèvent. Et c’est rarissime. « Comilédie » en est l’exemple quasiment absolu. Jacques Cauda le considère comme son chef d’œuvre. Et non sans raison. Or ce livre a dû attendre plus de 20 ans sa publication.

Ce texte est une merveille d’impertinence au nom d’Irma la Douce qui sait baisser sa gaine afin que vierges et verges se tiennent droite comme les i et des hydres. Tout va « l’amblablable »là où l’Abbé C de Bataille touche à l’Y du féminin et à l’X de films désormais remplacés par des vidéos qui évitent tous déplacements superfétatoires.

Cauda 2.jpgCelui qui est aussi peintre tient les diables par leur queue. Sade est remisé au rang des sacristies : sa prison est remplacée par un bordel philosophique où le rire est roi là où les reines quoique vaches ne fassent pas un pis. Elles sont fortement éprises et sortent de leurs mantilles face à de sombres héros en rien sobres en avanies.

Cauda 3.JPGLe tout dans un corpus qui se veut scientifique (abondance de notes lui sert de vaginales références). L’ « ôteur » ne cesse d’en rajouter des couches sans culottes. Celles-ci ont perdu leur laine à perdre haleine dans des alcôves où les muses ne font pas que musarder.

Tout est vénénoeud et vénère rien de mâle sauf lorsqu’il est adroit. L’arbre de vie du vit pénètre la forêt des songes : que demander de mieux ? La sotie suit son cours dans l’impeccable fatrasie d’un livre qui écarte les cuisses de la fiction pour que des noces aient lieu. Elles n’ont rien de cendres tant les fruits délictueux sont délicieux.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Jacques Cauda, « Comilédie », Tinbad Roman, 2017, 172 p ., 20 e., Paris.

 

18:28 Publié dans Humour, Lettres | Lien permanent | Commentaires (1)