gruyeresuisse

04/12/2016

Cendres Lavy ou les flammes de l'existence

 

Lavy bonbonbon.jpgCendres Lavy par divers facteurs et pour plusieurs raisons, dont il serait vain de faire l’inventaire, accorde attention à une série d’indices, corporels (voire plus). Femmes et hommes sont animés de faisceaux énergétiques quasi magiques et tout autant farcesques. Philosophe, l’artiste l’est. Mais aux pesants traités sur la corporéité elle préfère « dire » le corps. Ou plutôt le montrer. Elle a pris sur elle de considérer tous principes, repères, acquis, habitudes, comme des hérésies. Leur valeur doit être remise en cause afin de trouver de nouvelles logiques nées à la fois de l’instinct mais tout autant du background d’une culture que la créatrice ne fait jamais état. Elle a mieux à faire. Il s'agit d'avancer, de repartir comme d'un degré zéro selon une conception mentale qui demeure capitale. Le but est d’accomplir un désir qui saute d'une image ou d’une série à une autre avec fantaisie acide.

Lavy bonbonbon 2.jpgNéanmoins la plasticienne s’arrête au point où devenir sarcastique, cynique serait maladroit, malséant. D’autant qu’elle doute d’elle-même comme des idées reçues- mais juste ce qu'il faut. Elle n’est pas de ces poissons qui croient en dieu sous prétexte que c’est lui qui changerait l’eau de leur bocal. Elle n’est pas plus de celles qui prétendent changer les choses mais ne font que les tourner. Si, elle, les tourne c’est en ridicule afin de faire jaillir une vérité. C’est pourquoi de telles images intriguent, déroutent, amusent, éveillent. Elles peuvent déclencher une réaction presque instinctive de plaisir mais tout autant de recul : entendons réflexion. Lavy bonbonbon3.jpgL’artiste remixe nos images acquises pour leur donner un nouveau sens - à savoir du corps. Reprenant les clichés (body-buildeuses par exemple ou autres « monstres » qui nous ressemblent) elle les détourne de manière comique et conséquente. C’est un miroir plus ressemblant qu’on ne le pense. Si bien que l’œuvre devient une arme - apparemment inoffensive : elle entretient toutefois, des connivences avec l’arme à feu. Certes elle ne tue pas : elle fait bien mieux : elle cicatrise par divers types d’opérations - entendons ouvertures.

Jean-Paul Gavard-Perret

Voir absolument :www.cendreslavy.net

 

Le silence de l’île : Barbara Bonvin

 

Bonvin.jpgBarbara Bonvin, « Impressions d’Islande », du 2 au 18 décembre, La Menuiserie, Lutry

Barbara Bonvin, à travers différentes techniques (peintures, estampes, dessins) évoque l’Islande en tant que corps et peau. Partant d'une expérience existentielle qui puise sa source dans l’île habilement remodelée par les interventions plastiques, l’artiste entame une desquamation et un tatouage loin de toute posture psychologisante même s’il s’agit d’un poème d’amour tendu vers la terre double qui souffle le froid et le chaud. Le souffre n’y est plus mortel. Les images et les techniques sont choisies par souci d'économie sémantique et bien sûr pour la rythmique qu’elles génèrent.

Binvin 3.jpgLe dévoilement poétique a donc lieu par des images « matières » autant que sens. D’où cette palpitation du vivant en une mise en scène minimale en s’appuyant sur les espaces - tissus et tessitures. Le corps de l’île est évoqué en harmonique et dissonance loin de toute métaphore. L’élément marin et la force tellurique de l'île sont pris dans l'infini de leurs fluctuations  aux masses floues et indistinctes mais la plasticienne  évite le piège de la confusion afin de présenter une infusion vitale là. Elle peut s’écrier : "je suis en territoire - conquise mais non en territoire conquis".

Jean-Paul Gavard-Perret

03/12/2016

Agnès Giard : poupées de circonstances


Love Doll.jpgAgnès Giard, "Un désir d'humain, les love doll au Japon", Éditions Les Belles Lettres, Prix Sade 2016. L’auteur présente son livre le samedi 10 décembre à la Librairie HumuS, Lausanne.

Spécialiste des marges de la culture nippone, Agnès Giard s’intéresse dans son dernier livre aux « love doll » présentées par leurs fabricants et selon une « belle » tartufferie non comme objets (de luxe) sexuels mais « filles à marier ». De fait elles deviennent, et si l’on peut dire, le cache sexe de la misère sexuelle et de la solitude. Visage absent, corps édulcoré cette poupée-ustensile de grandeur nature fluidifie le manque par approximation. Elle propose la vision d’une « pin-up » idéale, fétichisée, espérée peut-être.

 

 

 

Love Doll 2.pngLa carburation du fantasme peut y avoir livre cours selon une économie libidinale au rabais. Intrinsèquement de telles « produits » posent les problèmes fondamentaux du voir et de la possession d’une femme en un déplacement « jouet-sif ». Un tel objet-sujet renvoie son propriétaire à une image narcissique au moment où de fait la poupée entretient par procuration la convention collective des pactes sociaux forgés par les hommes et pour eux. Cette femme devient la fausse note qui permet au chœur masculin d’assouvir un brame érotique sans sortir de sa tour « d’y voir ».

Jean-Paul Gavard-Perret
.